Glossaire

A

Affluent

Cours d'eau qui se jette dans un autre cours d'eau plus important.

Altitude

Élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. Ce niveau de base est le plus souvent le niveau de la mer (ou « niveau zéro »). L’altitude est calculée en utilisant un système altimétrique de référence Actuellement en France, l'altitude est indiquée en utilisant le référentiel Nivellement Général de la France ou N.G.F.

Altitude du zéro de l'échelle

Altitude à laquelle se trouve le zéro d'une échelle limnimétrique. Le zéro de l'échelle est la graduation de l'échelle cotée zéro (origine des hauteurs).

Amont

L’amont désigne la partie d’un cours d’eau qui, par rapport à un point donné, se situe entre ce point et sa source.

Aquifère

Formation géologique composée de roches perméables (formations poreuses et/ou fissurées) contenant de l’eau en quantité significative. Il comporte une zone saturée (ensemble du milieu solide et de l’eau contenue) suffisamment conductrice d’eau souterraine pour permettre l’écoulement significatif d’une nappe souterraine et le captage de quantités d’eau appréciables (drainage, pompage…).

Aval

L’aval désigne la partie d’un cours d’eau qui, par rapport à un point donné, se situe après ce point, dans le sens de l’écoulement de l’eau.

AZI

Atlas des zones Inondables

Aller en haut

B

Barrage

Ouvrage, muni de vannes ou d'autres dispositifs de contrôle, construit en travers du lit d'une rivière pour régler le niveau de l'eau en amont, régulariser l'écoulement ou dériver l'eau vers un canal. Le barrage peut avoir parfois pour rôle d'écrêter le pic de crue, c'est à dire réduire le maximum de la hauteur d'eau observée en crue.

Basse mer ou marée basse

Niveau le plus bas atteint par une marée descendante.

Bassin versant

En hydrologie de surface, c'est le domaine sur lequel tous les écoulements des eaux convergent vers un même point, nommé exutoire du bassin versant. La limite physique de ce domaine est la ligne des crêtes appelée ligne de partage des eaux. De la même manière pour les eaux souterraines, un bassin versant englobant les circulations des eaux dans le domaine souterrain est définissable.

Aller en haut

C

Canal

Chenal artificiel par lequel l'eau peut s'écouler. Un canal sert généralement au transport fluvial, à l’irrigation ou à l’alimentation d’un ouvrage.

Champ ou plaine d'inondation

Partie d'une vallée, extérieure au lit principal mais contiguë à celui-ci, qui n'est submergée que lorsque le débit du cours d'eau excède la capacité de débit du lit principal.

CIZI

Cartographie informative des zones inondables

Coefficient de marée

Détermine l'ampleur de la marée. Pour une valeur entre 20 et 70, la marée est dite de morte eau, c'est à dire une marée d'amplitude la plus faible se produisant deux fois par mois lorsque la Lune est en quadrature. Pour une valeur comprise entre 70 et 120, la marée est dite de vive eau, c'est à dire une marée de grande amplitude aux périodes de pleine lune et de nouvelle lune.

Concomitance

Qualifie le fait que plusieurs ondes de crues synchrones ou en phase confluent sur un même tronçon de cours d'eau. Facteur aggravant pour la crue à l'aval.

Confluence

Phénomène de jonction de deux ou plusieurs cours d'eau, au lieu appelé confluent.

Cours d'eau

Chenal naturel par lequel l'eau peut s'écouler.

Crue

Élévation de la hauteur du niveau d'eau ou augmentation du débit d'un cours d'eau. Durant cette période, la rivière peut sortir de son lit et envahir plus ou moins sa plaine d'inondation selon l'importance de la crue.On dénomme les crues en fonction de leur fréquence. Plus la récurrence est élevée, moins forte est la crue.

Crue annuelle, biennale, quinquennale, décennale, vicennale et centennale

Crue qui a une chance respectivement sur 1, 2, 5, 10, 100 de se produire chaque année. Statistiquement et en moyenne sur plusieurs siècles, cette crue se produit en moyenne 1 fois tous les 1, 2, 5, 10, 100 ans. Voir « fréquence de crue ».

Crue de fonte de neige

Crue d’un cours d'eau engendrée par la fonte de tout ou partie du manteau neigeux accumulé sur son bassin versant.

Crue de référence

La crue de référence correspond à une période de retour choisie pour se prémunir d’un phénomène. Elle varie en fonction des objectifs. En termes d’aménagement, la circulaire du 24 janvier 1994 précise que l’événement de référence à retenir pour le zonage est, conventionnellement, « la plus forte crue connue et, dans le cas où celle-ci serait plus faible qu’une crue de fréquence centennale, cette dernière ».

Crue éclair ou crue soudaine

Crue de courte durée, généralement caractérisée par une montée rapide des niveaux du cours d’eau.

Aller en haut

D

DDT(M)

Direction départementale des territoires (et de la mer).

Delta

Dépôt d'alluvions à l'embouchure d'un cours d'eau, entité géographique et géomorphologique qui en résulte.

DICRIM

Dossier d’information communal sur les risques majeurs

Digue

Remblai artificiel construit pour contenir les eaux d'une rivière dans un secteur déterminé ou pour prévenir les inondations dues aux vagues ou aux marées. De par son risque de rupture en cas de surverse, de fragillité ou de manque d’entretien, une digue transforme l’aléa naturel « submersion » en un aléa technologique particulièrement dangereux (montée rapide des eaux, vitesse d’écoulement élevée). Une digue doit être munie d’un déversoir de sécurité pour gérer les événements inéluctables qui dépasseront les hypothèses retenues pour sa construction.

DREAL

Direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement.

DRIEE

Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie.

Débit

Volume d'eau qui traverse une section transversale d'un cours d'eau (ou d'un canal) par unité de temps. Il s’exprime en m3/s ou en l/s.

Débit de pointe

Débit maximal instantané du cours d’eau pour un épisode de crue donné.

Débâcle glaciaire

Brusque coulée d'eau libérée par un glacier.

Décrue

Période de décroissance du débit ou du niveau d'eau, figurée par la branche descendante d'un hydrogramme depuis le maximum.

Défluence

Endroit où un cours d'eau se divise en deux ou plusieurs branches.

Aller en haut

E

Embouchure

Endroit où la rivière se déverse dans la mer ou dans un lac.

Embâcle

Amoncellement local de glace, de débris végétaux, d'arbres ou de tout autre objet solide qui, dans un cours d'eau, fait obstacle à l'écoulement.

EPRI

Évaluation préliminaire des risques d’inondation

EPTB

Établissement public territorial de bassin

Estran

Espace compris entre le niveau des plus hautes et des plus basses mers.

Estuaire

Partie d'un cours d'eau, proche de son embouchure, sur laquelle se fait sentir l’influence du niveau marin (marées notamment).

Etiage

Période de plus basses eaux des rivières et des nappes souterraines. C'est la période durant laquelle le débit d'un cours d'eau est très bas.

Evénement marquant (au sens de la plateforme repères de crues)

Événement daté se rapportant à une inondation historique, due au débordement d’un cours d’eau, à une submersion marine etc.

Exutoire

Ouverture, passage ou lieu par lequel s'écoule le débit sortant d'un réservoir ou d'un cours d'eau.

Aller en haut

F

Fleuve, rivière

Grand cours d'eau qui sert de chenal de drainage naturel d'un bassin hydrographique. Un fleuve désigne un cours d'eau de taille quelconque qui se jette dans la mer ou dans un grand lac.

Fonte nivale

Transformation de la neige en eau liquide. L'eau résultant de la fonte de la neige est l'eau de fonte.

Fréquence de crue

Nombre de fois qu'un débit ou une hauteur de crue donné a des chances de se produire au cours d'une période d'un nombre donné d'années. Voir « crue annuelle... »

Aller en haut

G

Géolocalisation

Action conduisant à localiser des objets ou des lieux au moyen de coordonnées géographiques ou cartographiques.

Aller en haut

H

Hauteur d'eau, hauteur limnimétrique, hauteur à l’échelle

Distance verticale entre la surface d'un cours d'eau, d'un lac, d'un réservoir (ou d'un puits d'observation des eaux souterraines) et le zéro de l'échelle.

Hauteur de pluie

Apport d'eau liquide tombant de l'atmosphère exprimé en hauteur d'eau sur une surface horizontale. Elle s'exprime en mm, 1mm correspond à 1litre/m².

Hydrogramme

Expression ou représentation, graphique ou non, de la variation des débits dans le temps.Une expression de la variation des hauteurs s'appelle limnigramme.

Hydrographie

Ensemble des cours d'eau et plans d'eau d'une région.

Aller en haut

I

Inondation consécutive aux remontées de nappes

Lorsque le sol est saturé d’eau, il arrive que la nappe affleure inondant les terrains bas ou mal drainés.

Inondation par débordement de cours d’eau

Débordement d'un cours d'eau à la suite de fortes pluies, d'une fonte de neige etc.

Inondation par ruissellement

Inondation qui se produit par l’accumulation de l’eau précipitée qui n’a pas pu s’infiltrer dans le sol (du fait de son imperméabilisation ou de sa saturation) ou être évacuée par les réseaux d’assainissement urbains. Il s’agit généralement de phénomènes brutaux se produisant dans les secteurs pentus, mais pas seulement urbains (les coteaux viticoles sont souvent soumis au risque de ruissellement par exemple).

Inondation par submersion marine

Les submersions marines sont des inondations temporaires de la zone côtière par les eaux d’origine marine. Leur origine est liée à une élévation temporaire du niveau de la mer et à son état d’agitation.Plusieurs facteurs entrent en jeu : la marée et son coefficient, la pression atmosphérique, le vent, la houle (les vagues).

Aller en haut

J

Jaugeage

Ensemble des opérations ayant pour but de déterminer le débit d'un cours d'eau pour une hauteur donnée à l'échelle.

Aller en haut

K

Karst

Région ou zone de calcaires et dolomites ayant une topographie souterraine particulière due à la dissolution de certaines parties du sous-sol et au cheminement des eaux dans les galeries naturelles ainsi formées.

Aller en haut

L

Laisse d’inondation (laisse de crue, laisse de mer)

Trace laissée par le niveau des eaux fluviales ou marines (cas des submersions marines) les plus hautes (marques sur les murs, déchets accrochés aux branches). Il s’agit généralement de marques fragiles et temporaires.

Limnigraphe

Instrument qui enregistre les variations du niveau de l'eau en fonction du temps.

Lit (d'un cours d'eau)

Partie la plus basse d'une vallée creusée par l'écoulement et dans laquelle se déplacent, en dehors des crues, l'eau et les matériaux transportés.

Lit majeur

Lit maximum qu’occupe un cours d’eau dans lequel l’écoulement ne s’effectue que temporairement hors du lit mineur, lors du débordement des eaux, en période de très hautes eaux, en particulier lors de la plus grande crue historique.

Lit mineur

Partie du lit occupée pendant les périodes de basses eaux. Partie du lit compris entre des berges franches ou bien marquées dans laquelle l’intégralité de l’écoulement s’effectue la quasi totalité du temps en dehors des périodes de très hautes eaux et de crues débordantes.

Aller en haut

M

Marée

Montée et baisse périodiques de l'eau dans les masses d'eau de grande taille, dues à l'attraction de la Lune et du Soleil.

Marégraphe

Instrument mesurant la hauteur des marées.

Aller en haut

N

N.G.F.

Nivellement Général de la France. Réseau de repères altimétriques disséminés sur le territoire métropolitain, constituant la référence altimétrique officielle.

Nappe

Volume d’eau souterraine.

Nappe alluviale

Volume d’eau souterraine contenu dans les terrains alluviaux (terrains composés de sédiments transportés puis déposés par des cours d’eau, tels que les sables, graviers, cailloux et de l’argile en proportion variable), en général libre et souvent en relation avec un cours d’eau.

Nappe phréatique

Nappe d'eau souterraine libre, c’est-à-dire à la pression atmosphérique, peu profonde et accessible aux puits habituels.

Niveau de débordement

Niveau auquel les berges de la rivière sont juste submergées.

Aller en haut

P

PAPI

Programme d’actions de prévention des inondations

PCS

Plan communal de sauvegarde

PGRI

Plan de gestion des risques d’inondation.

PHEC (Plus hautes Eaux Connues)

Niveau atteint par la plus forte crue connue d’un cours d’eau dont les traces sont conservées sous forme de repères de crues, de documents anciens, de données hydrologiques.

PHE (Plus Hautes Eaux)

Ce sont les traces laissées par le niveau des plus hautes eaux sur un support fixe et dense. Elles peuvent consister, soit en des traces fiables de matières solides ou de déchets (sur les clôtures, dans la végétation, sur les murs, etc.), en des traces d’humidité (sur les murs, etc.).

Piézométrie

La piézométrie permet d'évaluer la quantité d'eau présente dans une nappe. Cette quantité d'eau s'exprime par le biais d'une hauteur d'eau appelée « niveau piézométrique ». Cette quantité est obtenue par mesure du niveau de la nappe à l'intérieur d'ouvrage tels que des puits ou des forages.

Pleine mer ou marée haute

Niveau le plus élevé atteint par une marée montante.

Pointe de crue

Niveau ou débit le plus haut atteint par une crue donnée d’un cours d'eau.

PPR(i)

Plan de prévention des risques (inondation).

Propagation de crue

Les quantités d'eau concentrées sur l'amont du cours d'eau génèrent une élévation du niveau d'eau ou une onde de crue qui se transmet progressivement à l'aval.

Précipitation

Produits, sous forme liquide ou solide, de la condensation de la vapeur d'eau, tombant des nuages ou déposés par l'air humide sur le sol (pluie, brouillard, neige, grêle, rosée…).

Prévision des crues

Prévision du niveau, du débit, du temps d'apparition et de la durée d'une crue, et plus spécialement du débit de pointe en un point donné d'un cours d'eau, résultant principalement des précipitations, de la fonte éventuelle de la neige sur le bassin (et des conditions maritimes pour les estuaires).

PSR

Plan submersions rapides

Période de retour

Moyenne à long terme du temps ou du nombre d'années séparant un événement de grandeur donnée d'un second événement d'une grandeur égale ou supérieure. Grandeur inverse de la fréquence.

Aller en haut

R

Repère de crue

Témoignage pouvant prendre la forme d'un trait de peinture, d'une marque inscrite dans la pierre, d'une plaque portant la date de l’événement et le niveau de l’eau, etc. qui a été placé ou gravé suite à une inondation importante. L’article L.563-3 du Code de l’environnement stipule : « Le maire établit l’inventaire des repères de crues historiques sur le territoire de sa commune. Il détermine l’emplacement de repères spécifiques aux plus hautes eaux connues [PHEC]. La pose et l’entretien relèvent de la commune ou de l’établissement intercommunal. ». L’emplacement des différents PHEC et l’inventaire des repères historiques doivent d’ailleurs être annexés au DICRIM (le Dossier d'information communale sur les risques majeurs). Sur le plan législatif, l’établissement des repères de crues s’appuie sur le Décret n° 2005-233 du 14 mars 2005 pris pour l'application de l’article L.563-3 du code de l'environnement et sur l'arrêté du 16 mars 2006 qui définit dans son annexe un modèle de repères de crues paru au Bulletin Officiel du ministère de l'écologie et du développement durable.

Repère de crue (au sens de la plateforme repères de crues)

Marque d’inondation, pouvant être matérialisée physiquement (sens premier d’un repère de crue) mais aussi, par extension, temporaire ou apparentée à un témoignage, et rattachée à un site.

Rive droite

Quand on regarde vers l’aval, la rive droite est située sur la droite du cours d'eau.

Rive gauche

Quand on regarde vers l’aval, la rive gauche est située sur la gauche du cours d'eau.

Aller en haut

S

SCHAPI

Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations.

Site (au sens de la plateforme repères de crues)

Informations relatives au positionnement géographique d’un lieu ou d’un support sur lequel ont été recensés un ou plusieurs repères (ou laisses) de crue.

SLGRI

Stratégie locale de prévention des risques d’inondation.

SPC

Service de prévision des crues.

Station hydrométrique

Une station hydrométrique se définit comme une section d'un cours d'eau instrumentée où l'on mesure la hauteur et détermine le débit, à partir d'un ensemble d'équipements notamment une échelle limnimétrique (permettant une observation des hauteurs), un ensemble de capteurs de mesure et éventuellement du matériel de télétransmission des données.

Surcote

Surélévation du niveau marin sur le trait de côte, générée par de forts vents, de faibles pressions, s'ajoutant à la hauteur d'eau due à la marée. Ce niveau peut dans certains cas atteindre plus d'un mètre. (contraire : décote).

Surverse

C’est le débordement de l’eau au-dessus de la digue. Dans le cas d’une digue en remblai, cela conduit généralement et rapidement à la brèche par érosion du talus côté aval en partant du pied et en remontant vers la crête. C’est la cause principale de rupture de digues. Le risque dépend de la nature du remblai, de l’existence d’éventuelles protections et des contraintes hydrauliques.

Aller en haut

T

TRI

Territoire à risque important d’inondation.

Tête de bassin

Partie amont des bassins versants et par extension tronçons amont des rivières qui, en zone de relief notamment, sont le plus souvent moins exposés aux pressions anthropiques que les parties aval et qui, classiquement, constituent des zones de genèse des crues.

Aller en haut

Contribuer autour de moi